.

.
Paisani in anda pà a fiera di u Niolu. LC Canniccioni v 1910

05/11/2017

Les 3 Maries

Cher Sarratu,

J'ai reçu votre lettre qui ne m'a pas surprise mais m'a bien sûr contrariée.
Le train est donc devenu est ma maison: figurez vous que notre logeuse, ravie de son séjour en Normandie a décidé, cette fois, de nous faire decouvrir "l'air de la Méditerranée" a-t-elle dit. Nous voici donc au bout du monde, au bout d'un interminable voyage, nous voici au bout du monde. Dans un village dont le nom doit beaucoup, dit-on, au débarquement des 3 Maries, ici, il y a bien longtemps...
Il est paraît-il aussi une Vierge noire que les romanichels implorent avec une très grande piété.
Je ne vous en dit pas plus, mais sachez que dès demain, je m'en vais l'entetenir et puis j'attendrai. On dit bien qu'elle fait des miracles.
Pour l'heure, je vais me coucher, ce voyage et ces transbordements m'ont épuisée (je suis sûre que vous auriez aimé les arlesiennes et leurs habits). Je vais aussi penser à mon méchant soldat !
Puisse cette nuit être douce pour vous autant que puisse être douce une nuit à la guerre.
Je vous aime même si vous ne voulez pas l'entendre. Je ne me cache pas et je n'efface pas mes traces. Je ne vous efface pas, non plus.
C'est ma vie. Et c'est aussi, j'espère, beaucoup de la vôtre.

Votre Marie-Hughette.